E la nave va…
La quatrième édition de MigrActions s’approche, nous apportant l’excitation des spectacles,
des rencontres, des échanges créatifs. Toujours présente notre volonté de casser les
limites, rompre les frontières.
L’été dernier à Paraty, petite ville coloniale brésilienne, pendant la FLIP 2010 (Fête
Littéraire Internationale de Paraty), en remarquant comment l’écriture passionne les
gens, en partageant avec des milliers de personnes les rencontres et conférences d’Isabel
Allende, Azar Nafis, S. Rushdie, W. Boyd, G. Shelton, R. Crumb … nous avons eu envie
d’entrouvrir une nouvelle porte, l’écriture. C’est ainsi que MigrActions 2011 aborde une
autre forme d’art, la Bande Dessinée.

Des longues discussions nous ont portés à choisir un point d’ancrage dans ce monde
où écriture, image et imagination, aventure, contradictions et conflits fonctionnent en
bulle : Fred.
Fred, ce jeune homme, ce grand adolescent devenu le sénior provocateur de tant de
passions. Le créateur de personnages habités par un fantastique réalisme…capables de
migrer entre les générations, de naviguer entre les peuples, d’universaliser les ethnies.
Avec quelques-uns de ses amis et de ses personnages, Fred frappera les trois coups de
MigrActions 2011, lors de la soirée du 23 mai, pour l’ouverture du Festival. Plus tard,
le 6 juin, en ayant inspiré la création par le collectif de l’Opprimé de « Petite polis
et grand circensis », il marquera sa clôture.
Et la fête, le Festival, ne s’arrêtent pas là… un Opéra, Don Giovanni – du Mozart peu
orthodoxe – nous arrive de Pise. Des électrons de Madère, des concerts, pièces et films,
colloques, théâtre en forum et danse, venant d’Angleterre et France, d’Italie, Brésil ou
Iran…
Nourriture pour l’esprit… autant que pour les corps : notre fameux Coin Bar ! Tout est
au programme.
Alors amis migrActeurs, rendez-vous à l’Opprimé pour le nouveau voyage… ensemble
larguons les amarres!

Rui Frati, Isabel Ribeiro et Toninho do Carmo

Théâtre

 


Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. In sodales ipsum ac elit tincidunt ac vestibulum libero convallis. Aenean pellentesque nibh ut nunc lobortis porta. Donec venenatis volutpat risus. Cras eros neque, tempus ac iaculis vitae, egestas in quam. Nullam ac orci sem, ut semper nibh. Curabitur vehicula ullamcorper neque non interdum. In interdum, diam quis varius lobortis, magna nisi venenatis nibh, sed porttitor nunc quam auctor velit. Integer accumsan porttitor ante a tincidunt. Phasellus in odio eu ipsum gravida aliquet. Phasellus in odio eu ipsum gravida aliquet. Phasellus in odio eu ipsum gravida aliquet.

Opéra


Don Giovanni

Le spectacle est en fait une interprétation à capella d’une réduction instrumentale du Don Giovanni de la part d’une chorale, composée de six jeunes acteurs qui interprètent la musique de Mozart, en prenant comme modèle de référence la version de 1986 du Don Giovanni de Karajan.
C’est donc une version inédite de l’opéra de Mozart, une version sans « représentation », où les acteurs, en s’appuyant sur des tragi-comiques expressions du visage pour rendre les sonorités des instruments musicaux, arrivent à traduire l’essence même du personnage mozartien.
Avec Arianna Benvenuti, Serena Guardone, Giovanni Guerrieri, Maria Pacelli, Matteo Pizzanelli, Federico Polacci, Giulia Solano


Musique

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. In sodales ipsum ac elit tincidunt ac vestibulum libero convallis. Aenean pellentesque nibh ut nunc lobortis porta. Donec venenatis volutpat risus. Cras eros neque, tempus ac iaculis vitae, egestas in quam. Nullam ac orci sem, ut semper nibh. Curabitur vehicula ullamcorper neque non interdum. In interdum, diam quis varius lobortis, magna nisi venenatis nibh, sed porttitor nunc quam auctor velit. Integer accumsan porttitor ante a tincidunt. Phasellus in odio eu ipsum gravida aliquet. Phasellus in odio eu ipsum gravida aliquet. Phasellus in odio eu ipsum gravida aliquet.

Théâtre FORUM


Le théâtre Forum

Véritable spectacle interactif, le théâtre forum est l’occasion d’aborder, par le jeu, un certain nombre de problématiques. Dans un premier temps, la troupe de comédiens joue deux ou trois courtes scènes qui évoquent des situations quotidiennes pouvant être vécues comme difficiles.
Puis ces scènes sont rejouées autant de fois que nécessaire, de telle sorte que les spectateurs puissent venir remplacer un personnage (ou en créer un nouveau) pour essayer de parvenir à une issue plus satisfaisante.


Cinéma

Diario de uma busca

« Diário de uma busca » de Flávia Castro

Dans « Diario de uma busca (Journal, lettres, révolutions) », la réalisatrice retrace le parcours de son père, militant brésilien, Celso Afonso Gay de Castro, dont l’histoire recoupe celle des luttes politiques qui ont secoué l’Amérique Latine à partir des années 1960. Une vie faite d’exils successifs et de militantisme, qui va de l’euphorie et de l’espoir fou des années de jeunesse à la désespérance des dernières années. Et qui s’achève de façon tragique, à 41 ans, dans l’appartement d’un ex-Nazi sur lequel Celso menait peut-être une enquête. Un film à deux voix, celle d’une enfance vécue en exil, traversée par les lettres du père…


Théâtre - Danse

« L’espace de la perte »

Notre projet original est de créer dans le théâtre un espace mental en permanente mutation, à l’image des mouvements d’une pensée. Il s’agit ici d’un poème scénique de la révolte et de la souffrance. Une révolte extrême de la pensée, face au mensonges et illusions de notre société à tous les niveaux. Cette révolte est douloureuse. On ne sort pas des mécanismes de la souffrance en s’engageant dans la voie de la négation avec une telle opiniâtreté…
Alors, tenter de s’ouvrir à l’acceptation de ce qui est, cesser d’être dans cette lutte physique, intellectuelle et spirituelle permanente et destructrice avec le réel…Construire plutôt que continuer à détruire… ?

Le Berimbau

La capoeira a été créée dans l’oppression et nous montre une forme de liberté : elle contient l’amitié et l’adversité, l’amour et la haine, la paix et la guerre, le passé et le présent sont toujours invoqués.
Dans ce spectacle la liberté dans l’expression des mouvements devient un dialogue avec le public, où l’imaginable n’a pas de limite, où la musique et le rythme de berimbau donne la force de dépasser les limites du corps.
La quête des mouvements devient un langage corporel et les artistes se surpassent toujours d’avantage.
Artistes : Maitre Beijaflor, Jackie Lambourdière, Manu Brazil, Lua Quini, Aya Carvalho, Lartay, Issa Dialo, Carcara Chaubo, Olivier Cauzenille, Caio Participation spéciale Marc Ly, Myriam Boufelfel, Laureline Salich, Jean-Marie Neumuller, Laurent Chesne.

Lecture

lecture marguerite b.

Histoire de Marguerite B.

Le cimetière des fous : Histoire de Marguerite B.

Marguerite Maguy, arrêtée et mise en prison pour avoir frappé sa mère, était condamnée à la « rééducation ». Les faits ont eu lieu à Cadillac, en Aquitaine, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le texte de Francesco Zarzana raconte sa vie dans un centre de détention pour des femmes très violentes et le magnifique rapport qu’elle a su construire avec sa directrice.
Marguerite avait seize ans à son incarcération et devait y rester jusqu’à sa majorité, 21 ans à l’époque. Cependant, quelque chose d’étrange – peur de l’avenir ou de ce qui l’attendait dehors – la pousse à se donner la mort le 31 octobre 1950, quelques jours avant sa libération.
Son corps a été enterré parmi ceux des malades mentaux du cimetière de Cadillac sur Garonne, une parmi les quatre mille croix sans aucune identité.
Texte Francesco Zarzana Lecture Rossella Diaz et Delphine Dey.

Soirée Iran

Un autre Afghanistan

Un autre Afghanistan

Le rencontrer à Téhéran en février 2011 et l’entendre raconter, avec énorme passion, leur travail dans le pays qui est aujourd’hui, malheureusement, presque exclusivement synonyme d’attentats, de séquestrations, de bombes, de violences contre les femmes…ne pouvait pas nous laisser indifférents.
Soutenu par des séquences filmées, par de la musique, par des témoignages enregistrés, Rui Frati va jouer « le passeur », essayant de transmettre le combat de ceux qui n’acceptent pas la fatalité, qui ne trouvent pas vaine la recherche du bonheur.
Par : Alfred Horn directeur de l’ONG HELP en Afghanistan, Iran, Inde.


Au tour de…

Théâtre et Prison

Partout dans le monde des artistes se mobilisent et proposent des ateliers en prison, convaincus de la nécessité de la culture, de l’art pour que les murs des prisons ne soient pas définitivement enfermés. Même quand le temps que un être humain passe derrière les barreaux est transitoire.
Ce pont qui nous pouvons établir entre le dedans et le dehors est par fois fortement soutenu par les institutions. Cela provoque débat.
Table ronde ouverte aux fonctionnaires et détenus, à l’intérieur de la Maison d’arrêt de La Santé. Le débat sera ponctué de projections sur le parcours de « trois artistes femmes travaillant en prison masculine », venant du Chili, de la France et de l’Italie : Jacqueline Roumeau, CoArtRe, organisatrice du «Premier Simposio Internacional de Teatro e Cárcel », Santiago 2010 ; Delphine Dey – Théâtre de l’Opprimé Paris, responsable projet « La Santé », 2010/2011 ; Donatella Massimilla – CETEC, organisatrice de « EDGE FESTIVAL », Milan, Paris, 2010/2011.